08/05/2012

(p439) 8 MAI 1945 oui on sait ce que c'est le jour V ,pour nous, les anciens Polonais

 

«  Wszystko przez tą wojne » 

 

 

 

Fabjanczyk Stefan et son ami Jozef - Copie.jpg

 Fabjanczyk Stefan ," Stefciu Honorowy" le dur des durs à droite ,qui a survécu à tout, à tout et son ami ,Allemand, incarcéré comme lui.Ils ont commencé à être alimenté un peu mieux et sont encore " gonflés ".Stefan rejoindra les Polonais libérés au Congress Camp de Nurenberg.C'est là qu'il sera recruté par les tentateurs de Fédéchar.

 

Avant qu'on ne l'oublie, avant qu'on ne les oublie tous, avant d'être complètement intégrés et digérés,en l’honneur de Stefan Fabjanczyk de la rue Quintau ,  90 ans cette année,

rescapé d’Auschwitz

rescapé de Mauthauzen

rescapé de Saint Albert,charbonnage de Péronnes 

un des 8 mineurs polonais toujours en vie dans le Centre

 

 

 

A partir du 8 mai 1945 jusqu’en 1947 à la fermeture définitive des camps de rassemblement des personnes libérées : les Team de l’UNRRA,

Fédéchar (fédération des charbonnages de Belgique) a recruté en Allemagne,des milliers de Polonais libérés à la chute des Nazis.

 

PLC DP heureux de partir en convoi.jpg .jpg

Un "transport" de l'UNRRA pour la Belgique ( pour Fédéchar)

"Bon courage au paradis que vous vous êtes choisi!"

"Votre soeur,votre frère,votre ami a lui choisi de rentrer en Pologne."

 

 

http://lespolonaisducentre.skynetblogs.be/archive/2012/01/07/p-411-histoire-des-polonais-du-centre-juillet-1945-de-morlan.html

 

http://www.youtube.com/results?search_query=unrra&oq=...

 

 «  Wszystko przez tą wojne » comme dit Stefan,

veut dire que sans la WW2 ces Polonais venus d’Allemagne n’auraient jamais été importés en Belgique

 

Le choix volontaire de ces travailleurs   pour les charbonnages de Belgique est loin d’être innocent et humaniste.Beaucoup se sont laissés tenter, des milliers mais retenons que la majorité des Polonais libérés en Allemagne a été reconduite en Pologne, librement, par choix pour eux aussi.

 

Fabjanczyk Stefan et Jaros Honorata en Belgique,congress kamp.jpg

Fabjanczyk Stefan et Jaros Honorata Frania Wrobel en Allemagne.jpg

 

Honorka Jaros, à gauche, a suivi son mari en Belgique; elle sera apatride, réfugié ONU d'origine polonaise. Ses soeurs , ses frères ont préféré normalement rentrer dans leur pays . Ils sont  montés dans le train sur l'autre voie et ont vécu en  Polonais. Honorka et sa soeur Natalka sont en vie. Elles passent depuis début mai 2012, quelques mois de leur fin de vie ensemble à Péronnes Charbonnages,à la rue Quintau.C'était bien en Belgique; c'était bien en Pologne .La propagande, les propagandes, a déformé et déformeront encore longtemps le déroulement des deux vies toutes simples.

 

Les Polonais ramenés d'Allemagne, c’était une main d’œuvre drillée, servile,docile  qui pendant 5 ans de captivité en Allemagne , baissait l’échine et obéissait au passage d’un uniforme.Bon, ils ne connaissaient pas le travail à la mine mais on leur apprendrait vite.

 

On a si facilement fait peur ; si facilement exercé sur ces Polonais, des sous –hommes  venus d’Allemagne et non de Pologne, une pression inutile et tellement valorisante pour celui qui la pratiquait -je le vois encore le champette du charbonnage,fier; le commissaire de police à vélo sûr de lui,de son droit de menacer de nous renvoyer en Pologne ; les employés de la commune dédaigneux ...

D’autant qu’on leur a assez vite enlevé la nationalité polonaise pour en faire des « réfugiés ONU » qu’ils n’étaient en rien ,en rien du tout sauf pour les coincer ici et les empêcher de migrer ailleurs.

 

C’était surtout une condition pour toucher des subsides de l’IRO (UNRRA  - plan Marschall aux personnes déplacées). Des aides  qui ne sont jamais, jamais arrivées jusqu’aux mineurs polonais maintenant apatrides jusque dans les années 70 - personne n'a jamais été aidé de quelque manière que ce soit sinon en percevant le salaire de la semaine à la mine; mais des aides  qui ont engraissé communes et patronat.

A Bois du Luc, il leur est resté des lits, des matelas et en 1954, d'un geste large, le Directeur Gérant a tout donné pour les colonies polonaises de Nieuport. Quel geste généreux .Les Polonais de PMSZ d'alors en sont encore tout émus.

Ce sont les lits,tabourets  en fer , gobelets en alu,assiettes émaillées que nos parents ont payé des mois et des mois par retrait direct sur la " fiszka".Matériel reçu d'Amérique et que le patronat a  monnayé.

 

Oui, à un moment ,il faut dire les choses comme elles se sont passées, la vraie histoire de ceux qui avaient choisi volontairement l'aventure en Belgique, en France, en Angleterre et pas comme on nous les a traduites ,expliquées pour faire humain, joli ,compatissant.

La plupart de ces Polonais d'après-guerre sont disparus .Nous leurs descendants, nous leur devons un travail de mémoire qui doit être perpétué dans la vérité des faits.

 

 

 

Cette épisode glorieux d’une émigration massive,organisée entre 1945-1947, manque toujours  dans les livres d’histoire de Belgique et de Pologne