16/12/2014

n°578 RESSAIX : MIKOŁAJKI w 1957r w Barakach "Camp Roland "

 

C’est la saint Nicolas aux baraques du « Camp Roland » aujourd’hui Osrodek Polskiej Misji Katolickiej w Ressaix , le domaine réservé  des Oblats de Marie Immaculée : OMI en français et OMN, Oblaci Matki Niepokalanej en polonais.

Les familles ont organisé une saint Nicolas.Probablement le comité de Polska Macierz Szkolna,pour les enfants qui fréquentent le jeudi après-midi et le samedi après-midi les cours de langue polonaise et les animations en danses polonaises.

On ne parle pas encore de KSMP créé plus tard pour encadrer les adolescents .Ici, les enfants polonais  nés en fin de guerre chez les couples déjà formés en Allemagne défaite (de 45 à 47 ou même pendant la guerre), et les enfants polonais nés plus tard dès 1945 à 1950 ici à Ressaix, dans l'immédiate après guerre, des enfants qui  sont alors seulement en âge d'école primaire.

Beaucoup habitent sur place dans les baraques de ce "Camp Roland" Certains y habiteront jusqu'au début des années 70 avant d'habiter une des cités ouvrières de Resssaix ou Péronnes Charbonnages.

Plusieurs membres du comité de ZPB Ressaix La Louvière sont ainsi nés au Camp Roland ou y ont habité longtemps.

Ressaix saint Nicola 1959.jpg

 

en Krakowianka,Krystyna CHUDZICKI à côté de Ks KURZAWA OMI, à côté de lui SZYMCZAK ,président du groupement polonais de Ressaix (identifié par Ogonowski ).Mais qui est le saint Nicolas? Qui sont ces enfants ?

Tout à droite SWIDERSKI Kazimir qui apprend à danser aux enfants.Les costumes sont cousus par les mamans.Quant au décor de la scène, il va évoluer; voyez les deux autres photos en bas de page,photos de la même époque:le fond est toujours le mur en planches de la baraque .

(photos collection J.Chudzicki)

Vous reconnaissez les Polonais sur ces photos ? C’est qui ? Identifiez-les dans un message à :

poloniacentrebelgia@live.be

 

C’est donc  l’histoire de Ressaix du début, avec les gens de Ressaix, et ,de Péronnes Charbonnages et donc avant , qu’on regroupe sur Ressaix, les petites associations de la région du Centre (Bois du Luc, Bray, Chapelle, Péronnes Sainte Marguerite, Maurage) pour y faire quelque chose de grand!

Les Polonais aux fêtes polonaises aux Baraques, sont alors, de Mont Sainte Aldegonde, de Cronfestu, de Leval, de Ressaix avec Péronnes Charbonnages.

Ils y vivent leur vie associative avec le curé KURZAWA OMI a qui l’Etat belge paie sur Ressaix notamment, un traîtement mensuel pour la charge pastorale d’une paroisse polonaise reconnue.Comme aux Italiens de Ressaix, pour la mission italienne, pour la paroisse italienne à la rue Quinteau.

Le « Camps Roland », aux Baraques était majoritairement  habité par des Polonais, des Italiens.

Les Polonais disposaient d’une demi-baraque pour leur vie associative : messe polonaise, école de langue polonaise,animation en danses et chants folkloriques polonais.

L'autre demi baraque était utilisée par les Ukrainiens.

C’est l’histoire des Polonais de RESSAIX de 1944  jusque sans doute 1973.

C'est l' histoire de Ressaix un peu oubliée et que les gens d'alors regrettent.

Plus tard dans les années 70 tout a basculé dans les mains des OMI.

Les Polonais de Beringen, les Polonais de Heuseden-Zolder, les Polonais de Genk,les Polonais de Comblain aussi,ont connu la même évolution au sujet de leur salle de fête polonaise dans un camp de baraques allemandes ou de leur domaine à Comblain, sauf que là, ils en sont restés les propriétaires jusqu'aujourd'hui et les seuls gestionnaires jusqu'à aujourd’hui. Comment ont-ils fait ?

A Ressaix, les Oblats de Marie Immaculé sont les propriétaires d’un domaine privé, auquel on a accès,... en payant cher et vilain, pour utiliser des lieux que la masse des mineurs polonais des alentours, a pendant des années largement financé non seulement ,mais entretenu, après les avoir construits.

Aujourd’hui encore, encore aujourd’hui, certains d’entre eux,leurs descendants,un peu crédules,  découvrent seulement maintenant qu’il ne leur reste rien de tous les efforts accomplis.

D’autres ,courroussés, demandent par contre de ne pas en parler.

Po co o tym gadać ?

Que chacun continue d’apprécier les faits historiques, ... à sa façon.

 

Numériser0003 - Copie.jpg

Numériser0004.jpg

Entièrement de face,la 2e depuis la gauche, Krystyna CHUDZICKI sur la scène à l'avant du groupe. Elle doit probablement avoir 7 ans et donc ,nous sommes en 1954 et non 1957.On ne parle pas encore de KSMP et donc la date de début sur l'écusson en marge de gauche de nos pages "KSMP OLETA" est un rien inexacte.C'est à la même époque que s'est créée l'école polonaise à la cure des Oblats à Saint-Vaast,des danses mais pas sous le nom KSMP

A Péronnes Sainte Marguerite,ce sont les scouts qui gèrent la Communauté depuis la Libération de Péronnes... dès 1944.Il faudra là , tout modifier pour que la MKP ,reprennent les choses en main,une habile tutelle dans la structure KSMP sous l'égide de la Mission Catholique Polonaise et non plus sous l'autorité des scouts polonais du Commandant Pomorski.

 

12:48 Écrit par LES POLONAIS DU CENTRE | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

On voit monsieur Szymszak encore jeune et mince, près du curé Kurzawa.

Écrit par : OGONOWSKI | 17/12/2014

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.