03/12/2013

p 541 SAINTE BARBE dans la région du Centre, à Trivières en 1958

 Barbórka

La Sainte Barbe à Trivières en 1958

La veille au soir

Les femmes de mineurs et leurs enfants sont entrés exceptionnellement dans les bâtiments du charbonnage  jusqu'à la grande salle où se changent les mineurs avant la descente au fond car on y a dressé dans le coin, comme chaque année, un autel à la gloire de sainte Barbe.Il y a aussi un autel au fond. Je ne suis  pas descendu au Quesnoy,descendu au fond.J'ai juste passé une journée à Winterslag en 1965, un charbonnage de luxe .

On est dans une ruche bourdonnante.Nous les enfants,on regarde les bougies de l'autel, les lumières, la statue que nous montre notre maman sans trop rien comprendre :

c'est décembre; il fait froid. Depuis l'entrée principale , ou règne l'un des deux " champettes du charbonnage " celui de Trivières plus gentil,  plus humain, Partage, ou le plus hargneux,celui de Bois du Luc,Bouboule, pour en imposer aux femmes,  jusqu'à cette grande salle, aucune porte n'est fermée. Il vente et le carrelage est constamment humide, mouillé. Il y a dans le charbonnage, dans la grande salle, un écho , une résonnance comme dans une cathédrale et un bruit de fond sourd en permanence.

Le charbonnage,nous, enfants on ne voit pas ce que c'est. Aujourd'hui, on est bien triste de comprendre par où sont passés nos papas.

Remontés un rien plus tôt, les mineurs arrivent, rejoignent leur famille et on rentre dans la nuit ,à pied.Certains sont réellement émêchés car ils ont bu au fond;...  ce qui est en principe interdit.

On redescend en famille,dans le noir, les sentiers mal éclairés qui partent du Quesnoy vers le bas de Trivières.

 

Le jour de la Sainte Barbe

 

C'est un jour de congé dans les écoles.C'est un jour de congé à la mine aussi.

Vers 9h, les habitants se rassemblent sur la place du village près de l'église de Trivières

Les paroissiens, les musiciens de la Fanfare "la Jeune Union", les musiciens de la fanfare "le Progrès", les mineurs en bleu de travail,les curieux.

Une partie entrera dans l'église pour la messe de sainte Barbe pendant laquelle la fanfare catholique" la Jeune Union" jouera pour son concert de sainte Barbe. La fanfare  a déjà donné un concert dans l'église, le dimanche d'avant pour la fête de la saint Cécile. La fanfare socialiste "le Progrès" n'entre pas à l'église.Son chef d'orchestre est le futur mayeur DAMIEN.

Nous, les Polonais, les petits Polonais, admis sans grimace de dédain, un jour de ,au sein de la vie villageoise, on ne comprend rien à ces subtilités politiques locales et il faudra des années pour enfin comprendre notre ClocheMerle : qui est quoi et surtout pourquoi. Personne ne dit ou n'explique qui il est vraiment et ce qu'il faut être.

 Les Polonais adultes ne comprennent pas plus. Ils ne sont ni plus catholiques, ni encore socialistes et d'ailleurs, ils n'ont juste le droit politique de ne pas moufter. Ils ne vôteront pas le début des années 70,après seulement la fermeture des charbonnages quand on leur permettra d'être Belge. Jusqu'au milieu des années 60,... même pas le droit de trop s'agiter au sein d'un syndicat.La Police des Etrangers veille....

On est simplement là en famille sur la place de Trivières. C'est sainte Barbe et c'est le seul jour où les mineurs sont honorés , ... un peu et les Polonais,...un peu.On est concerné, on le sent.C'est notre tour, c'est le jour de nos papas.

 

Dès la fin de la messe, le cortège se forme avec la statue de sainte Barbe et la fanfare catholique juste derrière avec en tête, le président d'honneur, l'ingénieur SIMONIS. avec la grosse bourgeoisie catholique.

La particularité à Trivières, c'est que le groupe des mineurs est essentiellement formé de mineurs polonais et de leurs amis Italiens. Je ne le comprenais pas alors. Mineurs,c'était tout le monde; nos parents ,les voisins,tout le village.

Peu de Belges en mineurs pour la statue de sainte Barbe; l'amitié belgo-polonaise c'est dans la mine,beaucoup moins en dehors,  dans la vie.

 

 

Numériser0001.jpg

Cette photo (collection Nadine Netschta) a été prise en face du cinéma de Omer  près du café "le Marichau" aujourd'hui, rue Oscar Quertinmont, devant un terrain vague sur lequel d'un côté et de l'autre de la Haine, on construira la nouvelle cité à la fin des années 50, dans laquelle habiteront alors, très très très peu de mineurs.C'est déjà le Foyer Louviérois.

En tête du cortège, Henri PIECHOWSKI qui n'a pas 10 ans (il était toujours là avec sa soeur à notre  fête polonaise du 11 novembre cette année 2013).

Sainte Barbe est portée, à l'avant par Edmond DUDA et Stasiek URBANCZYK le papa de Nadine Netschta (institutrice à la Louvière) est un grand-père de Roman FABJANCZYK de SPOTKANIE. A l'arrière, Zdsislaw WOLNY. Son frère Henri Duda, joue maintenant de l'alto dans les deux fanfares.

Il a fait partie des porteurs de sainte Barbe quelques années plus tôt. Voici dans la même rue de Trivières, la délégation des mineurs en 1954 (photo collection Golebiowski Helena).Henri DUDA, déjà porion est le 4e de gauche à droite et Edmond DUDA, son frère, le 6e . Le 2e et le 7e sont aussi des Polonais.

PLC ARCHIVES DUDA Ste Barbe 1954 - Copie.jpg

 Sur la première photo, derrière la statue, derrière Wolny apparaît la tête de son beau frère STULIK Stasiek et à sa droite , la silhouette mince du très gentil Mario BOCCALON et la marche fière de Wladek PIECHOWSKI.Le dernier mineur à droite est Italien, puis les musiciens de "la Jeune Union"

 "le Progrès" est à la fin du cortège.Les deux fanfares de Trivières jouent tour à tour un morceau chacune. "des pas redoublés" en fait des marches.Il y a eu une concertation entre les deux chefs: Joseph Van Wayenberghe, et Damien

Quelques musiciens courent d'une fanfare à l'autre car ils jouent chez les deux."le Progrès" jouant à l'ancien diapason,les musiciens,les bugles par exemples changent simplement un embout de leur instrument, plaçant l'autre en poche pour après.

 

Après le cortège,c'est la sortie des deux fanfares qui déambulent à leur gré d'un café à l'autre, jouant dans les rues et dans les cafés.Je n'arrive pas à boire à chaque fois et j'empoche des chocolats ou des saucisses sèches très fumées que je ramène chaque année à la maison. Il y a d'autres gamins dans les deux fanfares, heureusement,et on ne s'ennuie pas de trop.J'ai ainsi joué de la musique au village jusqu'à 15 ans et j'ai beaucoup regardé la vie des gens.

 

KOZLOWSKI ALEXANDRE

né au Quesnoy, instituteur à Trivières en 1970-1971

.

 

Nos autres articles sur la sainte Barbe:

http://lespolonaisducentre.skynetblogs.be/archive/2012/12...

http://lespolonaisducentre.skynetblogs.be/archive/2012/12...

http://lespolonaisducentre.skynetblogs.be/archive/2011/12...

http://lespolonaisducentre.skynetblogs.be/archive/2010/12...

et puis encore ceci:

http://www.youtube.com/watch?v=EFFAX3vw7p8

http://www.youtube.com/watch?v=ccmNxAjiFM8

http://www.youtube.com/watch?v=fkfR2BZkuZc

http://www.youtube.com/watch?v=aIwIBPxQWlo

http://www.youtube.com/watch?v=Ycb9TVodBZk

http://www.youtube.com/watch?v=r_P9F0TprLM

 et encore

 de Roberto Aladro  de SPOTKANIE
 
Salut Regine chez moi dans les asturies nous sommes aussi un peuple de mineurs et on a un chant très connu en gloire aux mineurs mais aussi a sainte Barbe voici le lien si tu veux écouter
 
 
et enfin regardez une fois par an ,ce bijou sur notre vie:
 
déjà s'envole la fleur maigre
 

 

20:30 Écrit par LES POLONAIS DU CENTRE | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.