13/04/2013

p 510 historia Polakow z Belgii (str 24 :J.Dziewiacien) MAZOWSZE

Dz__KSMP_024.jpg

 

Photo Dz_KSMP_024

 

 

 

MAZOWSZE ; impossible de ne pas évoquer Mazowsze …

 

 

 

Pour tous les jeunes qui ont participé – plus ou moins longtemps – au KSMP d’ici, ou d’ailleurs, Mazowsze, c’est le summum, le zénith, la perfection.

 

 

 

Nous étions présents à chaque fois que le ballet national polonais se produisait quelque part en Belgique.

 

C’était l’évènement à ne pas manquer. Je revois encore notre fébrilité avant le début du spectacle. Je souris en pensant à notre concentration durant les danses, pour ne rien rater, pour comprendre les enchaînements, pour en retenir un maximum, pour s’imprégner. Et puis, … toutes ces étoiles dans nos yeux, au moment du retour.

 

 

 

J’ai tellement souvent vibré avec Mazowsze.

 

 

 

Mais le souvenir le plus marquant, nous l’avons vécu le 25/5/1982, au Palais des sports de Lille.

 

Ce soir-là, nous étions à 4 ; tous transis de plaisir à l’idée de revoir notre spectacle préféré. Il y avait Nadine Kuchazewski, Richard Jessel, Eveline Ogonowski et moi.

 

 

 

Comme d’habitude, nous étions aux anges, même si les danseurs semblaient être moins nombreux que d’ordinaire. Mais très vite, on a compris que ce n’était pas un jour comme les autres. Dans l’immense salle, pleine à craquer, l’atmosphère était surchauffée. Des groupes de spectateurs brandissaient des calicots où on pouvait lire « Solidarnosz » …

 

 

 

Après deux ou trois danses, le spectacle s’est arrêté … Un chanteur est sorti de la chorale et a commencé à expliquer que le groupe était réduit parce qu’en Pologne l’état de guerre était décrété. Certains des artistes n’ont pas pu sortir du pays parce qu’ils étaient connus pour leurs opinions … Dans la salle, l’ambiance était de plus en plus lourde ; des gens criaient leur soutien. L’agitation était palpable.

 

 

 

C’est alors que la chorale a entamé l’hymne national polonais. Le public debout explosait d’émotion.

 

Après l’hymne, le chanteur de « Furman » a interprété – en français – le célèbre air de Nabucco de Verdi :

 

« Quand je chante, je chante pour toi liberté »

 

 

 

J’avais la chair de poule et je tremblais d’émotion ; j’ai regardé autour de moi, tout le monde était dans le même état. Après cette chanson magnifique, la chorale a enchaîné par une série de chants patriotiques en polonais. Même si les paroles de ses airs traditionnels étaient connues depuis toujours, ce soir-là, elles ont eu une intensité inégalée. Le public était chauffé à blanc.

 

Après le concert, une seule petite étincelle aurait suffit pour provoquer un embrasement collectif.

 

 

 

Depuis ce jour-là, je comprends mieux les évènements qui ont suivi la « Muette de Portici » …

 

 

 

Quelques mois plus tard, Eveline et moi, quittions le KSMP. Ce sont nos obligations professionnelles qui nous imposaient ce choix ; mais pas seulement … Le tumulte en Pologne et surtout ses répercutions dans la communauté polonaise, nous troublaient. Etre passionné de tradition est une chose, mais s’impliquer dans une lutte fratricide, c’est autre chose. La tendance était clairement d’attribuer une connotation politique à tous les

 

faits et gestes ; la neutralité n’existait plus.

 

 

 

Pourtant, j’ai toujours en mémoire, cette fameuse phrase de Talleyrand : « La politique, c’est l’art d’agiter le peuple pour pouvoir ensuite s’en servir ». Eveline et moi, nous nous sommes mis à l’écart, en refusant d’être instrumentalisés.

 

 

 

Aujourd’hui, Dieu merci, tout ça est du passé. Une nouvelle page s’écrie. Je préfère ce nouveau scénario. Et quel plaisir, pour moi, d’avoir croisé la route de ceux qui font triompher ce renouveau, je veux parler d’Alexandre Kozlowski et Régine Fabjanczyk. Ils sont l’incarnation d’une communauté polonaise enfin apaisée ; libérée des doctrines qui divisent, des fanatismes qui exacerbent et des congrégations sectaires qui manipulent.

___________________________________________________________________________

ndlr

Cher JP Dziewiacien et Eveline,

 

C'est trop de compliments et dans le Hainaut par exemple, aujourd'hui, la plupart des dirigeants d'associations polonaises actives,les membres de ces comités comme dans t le nôtre, sont issus de ce conditionnement, on doit dire de cet endoctrinement et ils en sont sortis pour comprendre que l'avenir de la Polonité, ce sont les Polonais, tous les Polonais quelqu'ils soient, sans distinction,sans exclusives,sans exclusions..

 

Ils ont compris , que cela plaise ou non, à la suite des événements, de l'histoire des Polonais d'ici,  que notre devenir ne passe pas inconditionnellement par les autorités polonaises à Bruxelles, que notre devenir ne passe pas absolument par la Mission catholique polonaise MPK des Obalts de Marie Immaculée, que notre avenir ne dépend pas de nos relations avec les autorités de notre commune ou notre ville; mais par l'association, par les  relations des Polonais sur place et l'investissement de chacun à son niveau ,à sa mesure auprès des comités polonais.

Bien évidemment que les Belges et autres polonophiles sont nos bienaimés,les bien venus mais encore une fois,c'est nous ,nous seuls avec nos moyens et nos motivations,malgré le passé, malgré les contentieux, les rencoeurs,les rêves inassouvis.

________________________________________________________________________________

 

Au début des années 50 ,Fidèle MENGAL, bourgmestre de La Louvière, invitait MAZOWSZE sur la Place Mansart, à La Louvière.

 

Malgré la campagne innommable de la MKP pour ne pas y aller, des centaines,des centaines et à mes yeux d'enfant, des milliers de Polonais du Centre ont assisté au spectacle qui révélait à la population de la région du Centre , l'importance de la Communauté Polonaise, de toute la Communauté Polonaise du Centre.; un spectacle qui révélait aux Polonais eux-mêmes, qu'ils n'étaient pas que des soumis.

 

Aujourd'hui,en 2013, la Communauté d'origine polonaise est encore plus nombreuse et plus importante que dans les années 50, mais mal encadrée, non représentée, non organisée et donc négligée , dans son ensemble, non considérée , oubliée, abandonnée, certains disent intégrée: quelle horreur!

 C'est comme ça aussi en France dans le Nord Pas de Calais ou la Pologne ferme ,à la stupéfaction générale,son consulat historique.

 

Spotkanie que tu connais et qui existe depuis 40 ans , à La Louvière, mérite autant, toute la considération que tu manifestes à l'égard de MASOWSZE.

C'est Spotkanie qui crystalise depuis 40 ans,l e mieux , notre présence ici dans le Hainaut et qui à la liquéfaction des KSMP et des écoles polonaises, a su reprendre,regrouper, rassembler, animer et  maintenir ces 40 dernières années,contre vents et marrées , notre âme de Polonais.les compliments que tu nous adresses, SPOTKANIE les mérite davantage.

Spotkanie est l'ambassadeur des Polonais du Hainaut que cela plaise ou non.

 

KOZLOWSKI ALEXANDRE

vice-président de ZPB Zwiazek Polakow w Belgii

administrateur à Rada Polonii Belgijskiej et à PMSz (Comblain la Tour)

 

12:52 Écrit par LES POLONAIS DU CENTRE | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.