07/03/2013

p 498 Histoire des Polonais de Belgique:les KSMP par J.P.Dziewiacien (sa page 19 )

 

Dz__KSMP_019.jpg

 

 

Photo Dz_KSMP_019

 

 

 

Le contexte :

 

 

 

Des membres du KSMP « Echo Ojczyste » de Mons en costume de Łowicz.

 

 

 

Les participants :

 

 

 

De gauche à droite :

 

Annick ScoppRichard GlogowskiMartine Mazgaj 

 

 

 

L’essentiel :

 

 

 

Les merveilleux sourires de ces trois-là, n’appellent aucun commentaire. C’est tout simplement l’image parfaite d’une jeunesse heureuse et épanouie. On se croirait presque en Pologne …

 

 

 

Si d’habitude l’habit ne fait pas le moine, le costume folklorique lui, il fait la différence.

 

Sans lui, il n’y aurait ni spectacle, ni succès. C’est l’harmonie des couleurs en mouvement qui crée la magie de la danse polonaise.

 

Avec la richesse de la musique et la vivacité des danseurs, la splendeur des costumes est le troisième pilier de cette symphonie bondissante.

 

 

 

Dés lors, tout le monde était parfaitement conscient qu’avoir des costumes, les entretenir avec le plus grand soin et essayer d’en avoir d’autres, c’était la chose la plus importante.

 

 

 

Dieu merci, il existe des anges ; des êtres complètement désintéressés qui acceptent d’offrir leur temps et leur patience pour le bonheur des autres ; des modestes qui n’iront jamais sur scène se faire applaudir ; des gentilles qui commenceront à travailler avant les autres et finiront beaucoup plus tard ; des méticuleuses qui auront des aiguilles au bout des doigts ; des discrètes qui auront toujours le sourire et les mots de réconfort pour les « artistes en herbe » quand ils redescendent vers les coulisses … ces anges s’appellent : les costumières.

 

 

 

Parmi elles, Mme Marie-José Mazgaj ( la maman de Martine ) occupe dans mon cœur la place d’honneur. Son dévouement me submerge, encore aujourd’hui, d’une émotion profonde. Elle a été admirable et mérite amplement notre respect et notre affection.

 

Merci Madame.

 

 

 

Bien sûr, d’autres costumières aussi ont accompli un travail exceptionnel. Ma gratitude est plus vaste que ma mémoire. Et si j’ai oublié leurs noms, je n’oublierai jamais leur générosité. Elles se reconnaîtront.

 

 

 

L’anecdotique :

 

 

La « garde-robe » du KSMP était imposante. L’ensemble des costumes, avec toutes les bottes, représentait un sacré volume. Il fallait garder ce trésor à l’abri de l’humidité, tout en lui réservant suffisamment de place pour permettre une aération adéquate. Les chemisiers et autres éléments fragiles étaient nettoyés et repassés après chaque spectacle. C’est toute une intendance qui œuvrait dans l’ombre.

 

 

Cette garde-robe a connu plusieurs lieux d’entreposage. Elle a séjourné très longtemps chez Stéphanie Goch. Les parents de Stéphanie ont été d’une aide précieuse ; ils ne manquaient jamais d’aider lors des innombrables chargements - et déchargements - vers les autocars qui nous conduisaient aux représentations.

 

 

D’autres locaux ont été utilisés. A un moment donné, durant quelques mois, en attendant de trouver une solution nouvelle, les costumes ont même « squatté » ma chambre.

 

Jean Pierre Dziewiacien

 

 

 

21:23 Écrit par LES POLONAIS DU CENTRE | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.