11/11/2012

p458 petite et grande histoire des KSMP par J.P.DZIEWIACIEN(la page 4)

 

Dz__KSMP_004.jpg

 

Photo Dz_KSMP_004

 

 

 

Le contexte :

  

La photo date du 4 avril 1982.

 

Elle a été prise à Roisin, par Géniu Bujanowski - juste après un spectacle à Whiéries - dans le but d’en faire une carte postale.

 

Les jeunes présents sont déjà la 3ème période. Ceux qui restent de la période précédente, ont grandi, vieilli et surtout se sont … choisis.

 

Désormais, des couples sont formés. Un certain brassage a eu lieu et 2 jeunes femmes de Ressaix s’intègrent au KSMP Mons.

 

C’est comme ça qu’Eveline Ogonowski se retrouve au centre de la photo, avec le violon ( nous sommes revenus à Mons, tous les deux, après avoir été ensemble un long moment au KSMP de Ressaix ).

 

A côté de Pierre Front, c’est Jeanine Romanowicz ( de Ressaix aussi ) ; et juste derrière Czesiu Kucharzewski et Zuhal Gunal.

  

L’essentiel :

 

De tous temps, l’existence des organisations de jeunesses polonaises et les colonies de vacance de Comblain-la-Tour ont permis des « rapprochements » entre les participants. De nombreux couples s’y sont formés. Je ne suis pas loin de penser que c’est même l’un des buts des fondateurs : permettre à des jeunes polonais d’en rencontrer d’autres. Et tant mieux. 

 

Par contre, ce qui n’avait pas été prévu, je suppose, c’est l’incroyable attirance  de ces structures par des jeunes de l’extérieur.

 

Si au début des années 60, des mentalités psychorigides imposaient une certaine « pureté nationale », heureusement, avec le temps, les portes et les esprits se sont ouverts. On ne compte plus les jeunes, dont les parents n’étaient pas polonais du tout, mais qui ont fait les beaux jours du KSMP. Il suffit de lire les noms des participants pour s’en rendre compte.

 

La mixité et le partage ont remplacé l’intolérance ; sauf dans certains esprits étroits, trop petits sans doute pour y mettre autre chose que le culte de leur propre personnalité. 

 

Le symbole absolu de cette mixité réussie, c’est Zuhal Gunal.

 

Voilà une jeune femme à qui je décerne sans l’ombre d’une hésitation le prix Nobel de la tolérance et de l’intégration.

 

Issue d’une famille d’origine turque, habitant dés son enfance dans des cités  à majorités slaves, elle a rapidement été attirée par les mêmes choses que ses amies polonaises. C’est sans aucun problème qu’elle a rejoint le KSMP de Mons pour y être intégrée totalement. Zuhal ne parle pas polonais, pourtant elle est capable – encore aujourd’hui – de chanter des dizaines et des dizaines de chansons en polonais … sans accent … sans spiewnik et … beaucoup mieux que moi.

 

Elle n’a jamais reculé devant aucune des activités du groupe ; et même quand nous chantions des chansons à la gloire de Jésus, regroupés derrière l’autel dans l’église, Zuhal était parmi nous. Elle – qui est de confession musulmane - a toujours su mettre entre parenthèses ses propres convictions. Bravo Madame.

 

Le couple qu’elle forme avec Czesiu Kucharzewski depuis trente ans force l’admiration. Je suis fier de leur amitié.

 

Je ne manque jamais de citer Zuhal en exemple. S’il y avait plus de Zuhal dans le monde, il serait plus beau.

 

A l’avant plan, accroupi à coté de moi, c’est Freddy Motala.

 

C’est toujours avec beaucoup d’émotion que je repense à lui. Il a été le premier à nous quitter. Son suicide a été un traumatisme pour tous ses amis. Nous perdions notre premier « frère ». Et pourtant, rien ne laissait présager cette issue fatale.

 

Bien sûr, il était un écorché vif ; impulsif, passionné et impétueux, c’était du concentré d’énergie. Déjà enfant, il explosait à répétition. Pour avoir été son moniteur durant des vacances à Comblain-la-Tour, j’ai eu l’occasion de m’en rendre compte.

 

Plus tard, sa présence au KSMP dynamisait les autres.

 

Avec lui, c’est notre adolescence qui est morte.

 

Les participants :

  

- Au 1er plan et accroupis :

 

Freddy Motala – Jean-Pierre Dziewiacien

  

- Assis à gauche :

 

Pierre Front – Jeanine Romanowicz – Marie-Claude CASTELLIN – Patricia DUDZIAK

 

 

- Assise au centre :  

Eveline Ogonowski

 

- Assises à droite :

 

Véronique SZCZYPANSKI – Lydia SZCZYPANSKI –  Pascale GODON – ( ??? ).

  

- Debout et de gauche à droite :

 

Hector Fazzini  – Czesiu Kucharzewski – Zuhal Gunal – Jeannine   BASSANI - Michel Brzezicha – Lydia HANTSON –

 

Sylvie WAWRZYNIAK – Giovani  CORTELLETTI - Laurence  NORKIEWICH – Patrick SZCZYPANSKI – Christian SZCZYPANSKI – Patrick SKRYPCZAK.

 

 

  

 

 

09:36 Écrit par LES POLONAIS DU CENTRE | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.