23/09/2012

prix TADEK ORUBA 2012 à MIKSIEWICZ KAZIMIR

Tadek ORUBA nous a quitté voilà un an déjà.

Bien qu'issu de la mouvance chrétienne, il a été, dès les années 60 un des premiers à comprendre que l'avenir de la Polonia (la diaspora polonaise ) c'étaient les Polonais eux-mêmes, qu'il fallait dépasser l'isolement organisé de la minorité catholique soumise à la Mission Catholique Polonaise, ouvrir les associations à tous les Polonais et ne pas les rejeter, au risque de subir la fonte complète de toutes les associations polonaises.

Tadek ORUBA avait compris bien vite qu'il fallait ,unis,se positionner dans la société et alors la Communauté Polonaise pèserait de son poids réel dans son pays d'accueil.

Là où il a été suivi,il existe toujours comités,des groupements polonais  très actifs comme dans le Borinage à l'exemple de Bel-Pol à Saint-Ghislain et SPK à Boussu

 

Là où on s'est accroché fanatiquement aux saintes bannières: il ne reste rien que ,des bâtiments qui n'appartiennent pas aux associations polonaises,les regrets, la nostalgie de ce qui ne reviendra plus jamais, une rancoeur bornée envers les associations polonaises ouvertes à tous, bien actives et toujours bien vivantes.

Les Polonais sont d'abord Polonais et ensuite viennent toutes les différences , les diverses sensibilités,les points de vues différents.

Tadek ORUBA s'est activé toute une vie auprès de tous.

Il allait,courait,était,écrivait,conseillait,disait,chantait,apprenait à danser le folklore polonais,téléphonait,participait,souriait,tendait la main à tous,rassemblait,prévoyait,créait,agissait,...

Pour cultiver la mémoire de cet exemple de dévouement à la Polonia, le prix "Tadek ORUBA" révèle chaque année le travail, dans la Province de Hainaut, d'un Polonais qui travaille pour les Polonais.

 

Le prix TADEK ORUBA 2012 a été remis cette année lors de la rencontre de la Communauté Polonaise de Belgique organisée chaque fois à la mi-septembre à Bois du Luc dans la région du Centre.

Madame Tadek Oruba a remis la distinction à MIKSIEWICZ KAZIMIR de Boussu pour le récompenser des efforts qu'il déploie pour cultiver la mémoire des Combattants Polonais de Belgique dans la section SPK (sekcja Polskich Kombatantow) ; une section SPK qu'il a revitalisée et avec laquelle il maintient une vie polonaise active à Boussu Dour.

 

2011 CHRLEROI NORD 015.JPG

Kazimir MIKSIEWICZ à droite, Zbigniew SAMEK à gauche,  en 2011 lors des cérémonies au monument des  aviateurs polonais (église et  cimetière de Charleroi Nord)

 

 

 

photos 2-3-4 S.Oruba483298_4513059314154_1845953035_n.jpg

 

423924_4512929790916_619981636_n.jpg

 

Casimierz Miksiewicz  tout à gauche sur la photo est né le 26 mai 1949 à Boussu-Bois

 

Fils de Stanislaw Miksiewicz et de Maria Salamon, émigrés polonais, qui après la seconde guerre mondiale, ont été expatriés d’Allemagne en Belgique

 Stanislaw Miksiewicz a travaillé dans les mines du Borinage, à Boussu-Bois précisément.  

 

Casimierz a grandi parmi une fratrie de trois frères et une sœur, il a été inscrit en primaire à l’école  Sainte-Barbe de Boussu-Bois puis a poursuivi ses études supérieures aux Aumôniers du Travail (spécialisation en mécanique-automobile) à Boussu et terminé les A 2 à Saint-Luc, Mons.

 

Après ses études, il a travaillé à la Cablerie de Dour puis comme autocariste

chez «Les Voyages Lenoir ».

 

Casimierz est père de deux enfants, un fils et une fille, adultes maintenant, et grand-père d’une adolescente avec qui il entretient de chaleureux contacts

 

Dès son plus jeune âge, il a rejoint les associations culturelles et sportives polonaises.

 

Aujourd’hui encore, il poursuit son engagement dans différentes associations polonaises où il est membre actif.

 Il est maintenant le Président du très dynamique comité des Anciens Combattants Polonais en Belgique «S.P.K. » de Boussu Mons

par Annie Gilson

 

 

 

530452_4512971391956_383969065_n.jpg

 

Stéphane ORUBA, le fils de Tadek ORUBA, et Madame Veuve Tadek ORUBA à Bois du Luc pour la remise du prix ORUBA.

Stéphane ORUBA,très ému, a remis en mémoire  le passage de son père dans la Province du Hainaut:

 

Mon grand-père Stefan ORUBA a quitté la Pologne dans les années 30 pour travailler dans les charbonnages du Nord Pas de Calais comme beaucoup d’autres Polonais.

C’est en 1931 à Bruyais en Artois que mon père voit le jour.

Après quelques années, toute la famille quitte la France et vient s’installer à Flémaale près de Liège où vivait une grande communauté polonaise.

Mon grand-père y travailla toujours comme mineur et mourut de la la silicose.

Mon père, Tadek ORUBA, a été contraint de travailler dès son plus jeune âge comme apprenti forgeron et ensuite à la cristallerie du Val Saint Lambert à Liège pour subvenir à une famille de 5 personnes.

Révolté par les conditions de travail il s’engagea syndicalement pour défendre les droits des travailleurs.

Après quelques années la CSC lui demanda d’être le permanant syndical responsable pour les Polonais dans la région de La Louvière Charleroi afin d’aider notre Communauté dans les diverses démarches administratives, syndicales, sociales.Il devint ensuite permanant National à la CSC pour tous les travailleurs migrants polonais.

Cela ne l’empêcha pas d’être actif dans ses loisirs :acteur dans une troupe de théâtre polonaise,animateur au KSMP de Châtelineau,….Il a toujours soutenu les associations culturelles polonaises partout en Belgique et a même publié un journal polonais « PRACA » disponible pour tous. Plus tard, il s’adonna dans ses loisirs à la sculpture de la pierre, du bois, du fer, et à la peinture à l’huile.

Le début des années 80 fut un véritable tournant dans sa vie et celle de notre famille. En effet, un mouvement de révolte syndical naissait en Pologne : »SOLIDARNOSC ». Il se donna corps et âme à cette cause ouvrière, fit de nombreux voyages clandestins en Pologne pour aider, former, et informer les leaders syndicaux polonais.

Il mit en œuvre partout en Belgique,des convois humanitaires afin d’aider la population en Pologne.Notre maison familiale était devenue le repli pour les dissidents du régime et les syndicalistes en exil. C'est ainsi que naquit à Saint-Vaast une structure de Solidarnosc pour la Belgique afin de relayer les informations et le combat de ce syndicat.

Ma mère, ici présente , s'impliqua avec toute sa force et son coeur, aux côtés de son mari, pour héberger toutes ces personnes militant pour la liberté du peuple polonais.

Mon père présenta des conférences à travers toute la Belgique, le monde politique et associatif et prépara des voyages officiels.Il était reconnu à travers toute la Belgique et ailleurs, pour expliquer la cause du combat polonais.

Cette année encore, il reçut un hommage, post mortem, à l'ambassade de Pologne et fut également décoré par le représentant de Solidarnosc en Europe.

Ma famille a été bercée dans la culture et les valeurs polonaises grâce à notre père qui y portait une grande importance.A la maison, tout se fêtait selon les traditions polonaises.

Encore aujourd'hui, ses enfants et petits enfants sont fiers d'avoir ce sang polonais et continuent à défendre ces valeurs.

Mon père a soutenu les actions de la diaspora polonaise en Belgique et particulièrement dans la région du Centre et du Borinage.

Je tiens au nom de toute ma famille à vous remercier de luiconsacrer un prix pour son travail reconnu.Nous en sommes fiers.

 

 

22:43 Écrit par LES POLONAIS DU CENTRE | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.