20/04/2012

LENS FRANCE INVITATION ZAPROSZENIE

projection-conférence, ce mercredi 25 avril 2012 à 18h 30 à la Maison syndicale des Mineurs, 32, rue Casimir-Beugnet à Lens en France

 

 

 

Les rapatriements des mineurs polonais à la Libération

 

 

 

Chronique d’un retour oublié !

 

 

 

A l’initiative de l’association Mémoires et Cultures de la Région minière, ce :

Mercredi 25 avril à 18h 30, à la Maison syndicale, 32 rue Casimir-Beugnet à Lens

projection du film « Pologne, chronique d’un retour oublié (1947 – 1990) » d’Allan Wisniewski, suivie d’une conférence de Jacques Kmieciak, journaliste, en présence du réalisateur.

 

 

 

Entre mai 1946 et décembre 1948, 62 000 Polonais de France quittent l’Hexagone pour la Pologne, parmi lesquels 6 000 mineurs du Nord-Pas-de-Calais (soit un sur six). Aux départs « sauvages » susceptibles de désorganiser l’économie, l’Etat français préfère une solution négociée avec les autorités polonaises qui reconstruisent, sous le regard bienveillant de l’URSS, un pays meurtri pas six années d’occupation nazie. Trois conventions de rapatriements sont ainsi signées entre les Etats polonais et français. C’est une commission mixte franco-polonaise dont le siège est au ministère du Travail à Paris qui est chargée de l’organisation de ces départs. Des départs volontaires contrairement à ceux imposés par la France lors de la crise économique des années 1930. Elle fixe le nombre de partants par région et, le cas échéant, par groupes d’exploitation des Houillères. Elle précise aussi la date des départs échelonnés dans le temps. Les sections polonaises de la CGT et du Conseil national des Polonais de France (RNP) proche du gouvernement de Varsovie favorisent la réussite de ces rapatriements. Par patriotisme toujours, par convictions politiques souvent, des mineurs mais aussi des métallurgistes, des paysans ou des ouvriers du textile font le choix du retour. En Pologne, ces rapatriés ont l’assurance d’un toit et d’un emploi. Beaucoup de mineurs du Nord-Pas-de-Calais y réussiront de brillantes carrières politiques ou dans l’administration. Leurs descendants continuent aujourd’hui, en Silésie, à défendre la culture française et à se faire ainsi les chantres de l’amitié franco-polonaise…

 

 

 

Pologne, chronique d’un retour oublié (1947 - 1990)

 

Sur les pas de Joseph et Jurek…

 

 

 

Dans Pologne, chronique d’un retour oublié, Allan Wisniewski s’intéresse ici aux destins de ses deux grands-oncles : Jurek et Joseph rapatriés en 1947. Le premier a alors 27 ans et habite Raismes. Le second en a 37 et vit à Bruay-sur-Escaut. En Basse-Silésie, tous deux, membres du Parti ouvrier unifié (POUP) au pouvoir, oeuvrent au redressement de l’industrie minière ! Jurek et Joseph ne sont plus de ce monde. Ce sont leur enfant respectif Monika et Edouard qu’Allan interroge sur place. Une façon pour lui « en abordant un sujet resté longtemps tabou chez nous de revisiter l’histoire familiale et aussi de rendre hommage à mes aïeux ». Le travail dans les mines, la reconstruction de Varsovie et Wroclaw en 1946, la révolte de Poznan de 1956, plus tard les grèves aux chantiers navals de la Baltique, l’état de siège en 1981... Les images défilent. Edouard et Monika échangent sur la pertinence du choix de leurs parents mais aussi sur leur propre engagement. Le premier est resté fidèle aux idéaux de son père, la seconde a rejoint un temps Solidarnosc.

 
à quand une étude objective sur les rapatriements non souhaités des Polonais de Belgique ?
 

20:25 Écrit par LES POLONAIS DU CENTRE | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.