Les cultivateurs de fruits ont entamé leur démarches annuelles pour trouver des travailleurs temporaires pour la cueillette des poires en septembre et des pommes en octobre. La part des travailleurs provenant de l'étranger augmente d'année en année. Les cueilleurs de fruits d'Europe de l'Est sont prêts à retrousser leurs manches pour travailler en plein air, ce que beaucoup de demandeurs d'emploi belges refusent.

 

Commentaire:

Il en a toujours été ainsi et non seulement pour le travail manuel mais dans tous les secteurs de l'économie (comme  l'informatique,la médecine,banques,les arts...), et ce depuis le 19e siècle.Ce qui change?

Rien , sinon la façon de parler de l'imigration, d'expliquer  la chose et de dire  que l'on démarche,que l'on va, que c'est le patronat qui va chercher,recruter, voilà deux siècles, en Pologne notamment,toute cette main d'oeuvre ,volontaire, tellement indispensable au fonctionnement de l' économie belge.