06/04/2010

p 265 HENRY DUDA nous a quitté

Henry DUDA a été un des Polonais des plus connus dans la région du Centre.

Voyez p 162 et 164 nos articles à son sujet.Il avait compris les buts de notre association tournée vers les Polonais et il nous a beaucoup aidé dans nos recherches sur la vie des Polonais dans notre région du Centre.

Né en France,retourné en Pologne et revenu un peu avant la guerre 40 à Trivières en Belgique,il a vécu sa jeunesse chez les scouts polonais à Péronnes Sainte Margueritte.J'ai hérité de son chapeau scout à 11ans.La transformation du scoutisme polonais en KSMP a scellé la disparition d'un mouvement de jeunesse qui regroupait pourtant toutes les tranches d'âge.Enfin,bon...

Sur cette photo de 1954,il est   avant dernier tout à droite, rangée des hommes du fond.Il est à côté de Boluś,le chorégraphe (dit Klakla).Il danse mais nous apprend aussi à danser à SAINT VAAST.Henri DUDA,avec François KRENC,dès 1954,à l'école polonaise de SAINT VAAST (dans la cure des curés polonais,paroisse de Ks WOJDA) nous apprendra ,juste avant notre première fête à Bois du Luc,à danser le Krakowiak,les Górales, accompagné à l'harmonica par son frère Edmond.Il a longtemps suivi ce jeune groupe de petits danseurs,qui sera bien,bien plus tard la base du KSMP Centre.

Numériser0001 - Copie

Devenu musicien,il a animé à l'accordéon, encore avec François KRENC, les bals polonais des années 50 et 60. Il a aussi joué de la trompette, à Trivières dans les fanfares "la Jeune Union" de Joseph VanWayenberghe et "le Progrès" du mayeur Damien et aussi dans celle de Saint Vaast avec Marc Tisset bien avant de jouer du tuba,du trombone pour les carnavals et de jouer dans "die Kamaraden" le groupe Oberbayern des bals sous chapiteau et à la fanfare d'Estinnes où il a oeuvré avec Maxime Pireau son ami.

C'est chez nous,"les Polonais du Centre" qu'il a,très heureux,retrouvé beaucoup anciens amis polonais et surtout l'ambiance des  fêtes polonaises d'antant.

blaszka 3 - Copie

C'est lui qui a dévoilé, lors de la concentration annuelle des Polonais de Belgique à Bois du Luc (septembre 2009),la plaquette à la mémoire des mineurs polonais en Belgique.A droite,avec lui encore, François KRENC de Trivières avec qui il a si longtemps joué dans divers orchestres polonais.Avec qui,à moto,pendant plusieurs années,le soir après la mine, ils allaient,collés sur la Saroléa, jusque HOUDENG,au cours du soir, à l'école des mines pour devenir porion.Ci-dessous tout à droite,debout,au Quesnoy,en 1953,lors de la Sainte Barbe

3.12.53

Henri Duda est descendu au fond,pendant la guerre,au Quesnoy à Trivières, à l'âge de 14 ans(voyez la photo dans son carnet de travail) et il  y a travaillé jusqu'à la fermeture du charbonnage.Au Quesnoy aussi, il a été un mineur,un porion  exceptionnel.

 

Numériser0014 - Copie

Numériser0013 - Copie

Numériser0001 (2)

Les Polonais du Centre lui rendront un dernier hommage ce jeudi matin 9H15 chez lui à 7110 STREPY rue des Canadiens 142 et 127 et lors de la messe en l'église de Strépy (9h30) puis au cimetière de STREPY.

Nous présentons à Hélène GOŁEBIOWSKA ,à toute sa famille,nos plus sincères condoléances.

En juin 1945,le premier "Transport" de travailleurs polonais recrutés à LEIPZIG arrive à Givry.Une partie est dirigée vers le charbonnage du Quesnoy à Trivières.Cette main d 'oeuvre toute jeune, pour la mine descend des camions à charbon devant la maison des DUDA-WOLNY .Mes parents seront les voisins de Henri DUDA    dont la maman,Victoria, deviendra ma marraine.Je passerai ainsi ma première enfance  dans deux maisons.Henri Duda m'a aussi parrainé lors de mon entrée à la fanfare de Trivières.Henri Duda était à mon mariage avec Régine Fabjanczyk.Ici ,vers 1956 ,Henri est au centre à côté de Anna Sterk,à gauche Victor et Wanda,les enfants qu'il a élévés.A droite d'Anna,ma mère,Szemelak Jula,ma soeur Kozlowski Urszula,mon père de l'autre côté,passant la tête.Hélène GoŁebiowska-Siwik à qui notre association polonaise exprime ses condoléances est la veuve de Victor.Wolna,Henri ,eux ,sont ici du fait du sort de tous les immigrés,une sorte de large famille que je n'ai jamais eu et que nous les Polonais reconstruisons chaque jour.Voilà pourquoi  j'ai moi;Régine et moi;ma mère et nous; nous avons ,pour Henri que nous avons dernièrement revu plus souvent,un profond regret.

Victor,Wanda,henri,Anna,mamère,ma soeur et mon père Maryan Kozlowski de l'autre côté

 

 

Les commentaires sont fermés.