07/10/2009

ROLAND TOPOR ET LA LOUVIERE

Roland TOPOR:Linos, lithos, litotes

EXPOSITION à LA LOUVIERE BELGIQUE

qui était Roland Topór

http://fr.wikipedia.org/wiki/Roland_Topor

 

Centre Daily-Bul & Co
Rue de la Loi, 14  7100 La Louvière Belgique
(dans le centre-ville)

 

Vernissage de l'exposition :mercredi 14 octobre 2009 à 18h

Visites guidées pour les groupes sur réservation (Tél. : 064/22.29.73)

Exposition du 15 octobre 2009 au 15 janvier 2010 ouvert du mardi au dimanche, de 13h à 17h
infos : 064/22.46.99
dailybulandco@lalouviere.be

L'exposition de La Louvière présentera les relations de Roland Topór avec le Daily Bul et la Louvière( dans le centre , Hainaut, Belgique): des oeuvres originales collection de Pierre Alechinsky et de l'atelier Clot(linogravures, lithogravures, dessins, etc.) et des documents exceptionnels issus des archives du Daily Bul (photographies, textes, lettres, livres dédicacés, tracts, affiches, illustrations, chansons, etc.)

A cette occasion, paraîtront les deux premiers numéros de la collection du Centre Daily-Bul & Co :

"Naissance d'une pensée : la pensée Bul"

et "Roland Topór. Randonnées péri-pathétiques" 

En vente au comptoir ou en librairie via les Editions Le Daily-Bul).

http://fr.wikipedia.org/wiki/Andr%C3%A9_Balthazar

c'est quoi le Daily Bul

La Revue et les Éditions Le Daily-Bul sont créées à Montbliart (Belgique)par André Balthazar et Pol Bury dans les années 55/57.

C'est sans doute en pensant à Madame de Limange qui notait que Les Académies sont des sociétés comiques où l'on garde le sérieux que, vers 1955, Pol Bury et André Balthazar, fondèrent celle de Montbliart où pour se désennuyer de la vacuité de leur propre petite ville de province, ils passaient alors, dans un minuscule village de la frontière franco-belge voisine, des week-ends champêtres, artistiques et ludiques. Ils y fondent les éditions du même nom où paraîtront, entre autres, plusieurs livres du poète surréaliste Achille Chavée et Le dépassement de la problématique de l'art d'Yves Klein, et, à partir de mai 57, une revue, Le Daily-Bul, journal officiel – ou plus exactement moniteur comme on le désigne en Belgique ! – d'une pensée multiple et pétillante de malice, l'indéfinissable Pensée Bul. L'emblème en sera, comme le souhaitait l'un des collaborateurs les plus inventifs, Marcel Havrenne, Un limaçon replié sur lui-même de façon à imposer à première vue l'image d'un éclair et la devise Il ne s'agit pas de gouverner et, moins encore, de l'être. De toute façon, comme nous le remet en mémoire le numéro 4, Quoique (quoi que) vous fassiez, vous êtes ridicules. Les titres des 14 numéros qui verront le jour au fil du temps et selon un rythme de parution aléatoire, sont, à cet égard, assez explicites quant à l'esprit de dérision subtile qui règne sur l'entreprise : de La continence (No 2/57) consacré grosso modo à la continence à Ces gens dont on dit qu'ils n'ont pas inventé l'eau chaude (No 14/83) en passant par l'incontournable No 10/64) Essai d'analyse stéthoscopique du Continent belge où l'on relève les signatures de Pierre Alechinsky, Noël Arnaud, François Caradec, Gaston Chaissac, Christian Dotremont, François Dufrêne, Robert Filliou, André Martel, Maurice Henry, Jean Raine, Reinhoud, Pierre Restany, Daniel Spoerri, Jan Voss, Les Frères Piqueray, René Bertholo, Lourdès Castro, Paul Colinet, Gianni Bertini, etc.
Entre temps, les Éditions du Daily-Bul sont définitivement nées avec un titre hautement carnavalesque Laetare 59 d'Achille Chavée. De 1965 à 1979,fleurissent les Poquettes volantes, ces petits livres au fort petit format dont l'heureuse dénomination fait référence tant aux Press pocket books qu'au terme régional par lequel on désigne les papules rosées de la varicelle enfantine, ces petites bulles de bubon si sympathiques qui n'hésitent pas à accueillir dans leur collection homonyme les persona les moins grata du monde de l'Art et de la Littérature : Arrabal, Irine et Scutenaire, Jean-Michel Folon, Marcel Mariën, Catherine Valogne, Arthur Rimbaud et Ernest Haucotte, Julio Cortazar, Roland Topor, André Martel, Alain Borer, Bernard Miot, Jacques Calonne, Ronald Searle, Adrien Dax, Tom Gutt, Joyce Mansour, Suzy Embo et Jean Tardieu, etc.
L'humour – fut-il noir ! – l'impertinence intelligente et la causticité la plus désarmante sont évidemment omniprésents dans le Catalogue de cette petite grande Maison, mais ils n'occupent pas tout le volume. La réflexion sur l'art y trouve également sa place, la réflexion sur tous les arts en général, y compris les plus incongrus, comme la politique ou la linguistique.



Roland Topor et la Pologne

Roland Topór est d'origine polonaise comme vous,comme moi,comme beaucoup.Topór se dit TOPOUR( le O kreskowane=accentué est un son OU)

Son père Abram Topór est né à Varsovie.Il a étudié à Paris où il est resté

Topór veut dire une hache; toporek ou toporka , une hachette.La femme de Monsieur Topór est "Pani Toporkowa"

http://toporetmoi.over-blog.com/article-27148239.html

....l'oeuvre de Roland en Pologne, jouit d'une immense considération. Topor, là-bas, est un artiste qui compte.
On y joue ses pièces et on lit ses livres sans prendre un air pincé, sans lever les yeux au ciel en soupirant d'un air entendu : " Oui, oui, Topor, bien sur..Tout de même..."
Roland Topor en Pologne, c'est Abram et Złata, ses parents, qui doivent être contents. Retour aux sources !  ....

 http://www.nova-polska.pl/fr/site/program/wy_in_topor

Les commentaires sont fermés.